• [javascript protected email address]
  • J’aime
Les deux touristes britanniques enlevés vendredi dans le parc de Virunga ont été libérés dimanche 13 mai de même que leur chauffeur congolais après le paiement d’une somme de 200.000 dollars $ aux kidnappeurs, selon Mambo Kawaya, président de la société civile du Territoire de Nyiragongo et membre de la commission chargé de la recherche de ces étrangers. Toujours selon Mambo Kawaya, l’argent est venu du Rwanda hier. Ces propos contredisent ceux de Cosma Wilungula, directeur de l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN), qui a déclaré que la libération de ces deux touristes n’a donné lieu à aucune rançon. Il justifie la liberté des infortunés par le rapport de force exercé sur ces Kidnappeurs par les FARDC et les gardes parcs. Pour rappel, le véhicule de l’Institut congolais pour la conservation de la nature à destination de Goma avec les deux touristes britanniques à bord, escortés par les gardes du parc, était tombé dans une embuscade d’hommes armés entre Kilimanyoka et Kibumba, Territoire de Nyiragongo. Au cours de cette attaque, qui n’a pas été revendiquée, une garde de parc avait été tuée. Rachel Baraka a péri des suites de ses blessures à l’hôpital. Un culte à sa…
Le Conseil national de suivi de l’accord du 31 décembre 2016 (CNSA) s’est réuni le lundi 14 mai dernier en séance plénière extraordinaire sous la présidence de Joseph Olenghankoy pour prendre connaissance de la liste des partis et regroupements politiques publiée le week-end dernier au Journal officiel. Après avoir parcouru cette liste sous la signature du Vice-premier ministre en charge de l’intérieur, Henri Mova Sakanyi, le CNSA a relevé tout de même quelques anomalies. « Ayant constaté de nombreuses incohérences et contradictions contenues dans ladite liste par rapport à l’accord du 31 décembre 2016 et aux recommandations du CNSA, le Conseil National de Suivi de l’Accord s’engage à rechercher les corrections nécessaires. Il appelle les partis et regroupements politiques concernés ainsi que l’opinion publique au calme », lit-on dans le communiqué de presse. Pour J. Olenghankoy, il n’est point important de dramatiser les choses, d’autant plus que toute oeuvre humaine est perfectible. « C’est ça aussi le rôle du CNSA. Nous allons mener des démarches quant à ce, car ça fait aussi partie de nos prérogatives », a fait savoir le président du CNSA. J.K.
A 28 jours de la désignation du pays organisateur de la Coupe du Monde 2026, le président de la Fédération Congolaise de Football Association et deuxième vice-président de la Confédération Africaine de Football Association, Constant Omari Selemani a décidé de jeter ses dernières forces dans la bataille. Depuis lundi, il a entamé une tournée marathon en Europe pour séduire les puissantes fédérations de football européen autour de l’ambitieux projet marocain. Première étape, Glasgow en Écosse. Accompagné du Ministre honoraire marocain des sports et du secrétaire général de la Fédération royale marocaine de Football, le congolais a été en première ligne pour expliquer au président de la Fédération écossaise de football les avantages que présente la candidature du Maroc. Le Maroc prévoit de disposer de 12 stades. Au total, le comité d’organisation prévoit 17 stades dont 5 anciens qui seront totalement modernisés. Déjà, trois stades ultramodernes sont en projet, à l’image du Grand Stade de Casablanca et ses 93.000 places, « enceinte nationale attendue de longue date par les Marocains », s’est flatté le secrétaire général de la Fédération Royale Marocaine de Football. Après l’Écosse, le périple de Constant Omari va se poursuivre. D’abord mercredi 16 mai à Lyon en France…
La tension était vive ce mardi matin dans la commune de Ruashi à Lubumbashi dans la province du Haut-Katanga. Selon les informations recueillies sur place, des bandits ont tenté de cambrioler une maison sur la rue 11 aux environs de la Paroisse Saint Hubert. Éveillée, la population a réussi à chasser ces malfrats de 1 heure à 4 heures du matin. La police est intervenue à 6 heures pendant que la population s’était déjà prise en charge. Énervés les habitants ont saccagé une partie du marche Zambia. C’est alors que la Police va procéder à des tirs pour disperser les manifestants. « Des tirs nourris continuent en ce moment même, ça tire à balles réelles dans la commune de Ruashi, la population proteste contre l’insécurité », a expliqué notre source. Jeff Kaleb Hobiang
Le président de l’Alliance des Démocrates pour le Progrès (ADP) et secrétaire permanent du bureau politique « d’Ensemble », Christophe Lutundula, prend la défense de Moïse Katumbi au sujet de ses ennuis judiciaires. Au cours d’une matinée politique dimanche 13 mai 2018, Christophe Lutundula a estimé que Moïse Katumbi n’avait pas un problème avec la justice, mais plutôt avec Joseph Kabila. “Notre candidat n’a pas de problème avec l’institution judiciaire. Notre candidat a des problème avec Joseph Kabila et les siens qui ont peur de lui, qui savent qu’il va être élu par le peuple congolais, et donc ils se déchaînent contre lui. Ils exercent un véritable acharnement contre lui à travers les instruments de l’État en privatisant les institutions de la république, l’institution judiciaire et les institutions chargées de la défense, de la sécurité et de l’ordre public”, a-t-il dit. Lutundula appelle le pouvoir à laisser retourner Katumbi qui vit en exil depuis 2016. “Nous continuons à penser que le cas Moïse Katumbi fait partie du parquet qui motive la mobilisation, le combat du peuple congolais. Donc Katumbi fait partie comme cas emblématique de la lutte du peuple congolais pour la liberté, la démocratie, le changement et l’état de…