• [javascript protected email address]
  • J’aime

Mondial 2018: Les Aigles de Carthage, entre déception et réalisme

Écrit par  19 juin 2018

Les Anglais, qui n'avaient plus marqué deux buts dans un même match de Coupe du monde depuis 2006, ont frustré les Tunisiens qui avaient presque fait le plus dur pour obtenir un nul. Juste avant la fin de rencontre, dans les arrêts de jeu, les hommes de Nabil Maaloul ont craqué. Réactions des Aigles de Carthage.  

De notre envoyé spécial à Volgograd,

Un doublé d'Harry Kane a permis à l'Angleterre de l’emporter face à la Tunisie (2-1). Le capitaine anglais, avant-centre de Tottenham, a sauté plus haut que tout le monde dans les arrêts de jeu (90e+1) pour délivrer les Trois Lions, jusque-là incapables de se défaire de Tunisiens accrocheurs. Deux ans après la piteuse élimination contre l'Islande en huitièmes de finale de l'Euro 2016, les jeunes anglais ont largement dominé les Aigles de Carthage.

Alors que Youssef Msakni, attaquant vedette des Aigles de Carthage, absent du Mondial, mais présent en Russie pour soutenir son équipe traînait la patte dans le stade de Volgograd, ses coéquipiers tentaient de trouver des explications à cette défaite.

Un manque d’expérience et de fraîcheur

« C’est la déception. C’est un scénario cruel. C’est vrai que jamais nous n’avons pu mettre cette équipe en difficulté et ce qui est dommageable, ce sont ces coups de pied arrêtés. Harry Kane se retrouve deux fois seul et il marque deux fois ! Le dernier corner était certainement évitable, je pense que l’on a manqué d’expérience et de fraîcheur », avoue le capitaine Wahbi Khazri.  

« Le match nul nous aurait bien arrangé. On fait une erreur qui nous coûte un but. Sur le match, on aurait aimé faire mieux. C’était une fin de rencontre serrée. On ne voulait pas concéder de faute. On savait que les anglais nous étaient supérieurs sur les coups de pied arrêtés, le coach nous avait prévenus. Il nous avait surtout dit que les cinq dernières minutes étaient très importantes. C’est comme ça, on ne peut rien changer, il va falloir vite se remettre au travail », avance le défenseur Syam Ben Youssef.

Nabil Maaloul : «Le haut niveau, c’est la concentration»

« Malheureusement nous n’avons pas tenu jusqu’au bout. Le haut niveau, c’est la concentration, concède le sélectionneur Nabil Maaloul. L’explosivité et la valeur athlétique de l’équipe anglaise reflétait le grand football. Je savais bien que cela allait être une rencontre compliquée. Les Anglais nous dépassaient aussi par la taille. On savait que nous serions en difficulté sur les coups de pied arrêtés et la sortie de Mouez Hassen ne nous a pas facilité la tâche. Il faut tourner la page et préparer la prochaine rencontre. Ce soir, les accélérations de Sterling ont fait la différence. C’est vrai que Kane a marqué deux buts, mais le danger venait tout le temps de Raheem Sterling et de son positionnement ».

Le milieu de terrain Naïm Sliti conclut : « quand on subit autant, on finit par craquer. Ils ont joué à deux mille à l’heure. On aurait été satisfait de rentrer à l’hôtel avec un nul. On va essayer de relever la tête. » Des propos qui pourront peut-être consoler des supporters tunisiens en larmes à la sortie du stade.