• [javascript protected email address]
  • J’aime

L'Argentine exhorte la RDC à renoncer aux machines à voter

Écrit par  8 juin 2018

Plusieurs ONG argentines appellent les autorités congolaises à renoncer à l'usage de machines à voter pour le scrutin de décembre. La commission électorale, la Céni, affirme que ce système semi-électronique, fabriqué en Corée du Sud, est indispensable à l'organisation de l'élection dans les temps. L'Argentine avait elle-même failli mettre en place un système similaire, mais y a renoncé, car selon les associations et les experts, ces machines ne peuvent pas garantir le secret du vote, ni la fiabilité des résultats.

Avec notre correspondante à Buenos Aires,  Aude Villiers-Moriamé

En 2016, le gouvernement argentin présente un ambitieux projet de réforme électorale. Le président de centre-droit tout juste élu, Mauricio Macri, affirme vouloir simplifier, moderniser et rendre plus transparent le système politique. Parmi les changements envisagés : la mise en place de machines à voter.

Au départ, le consensus est large sur cette question : les bulletins papier font régulièrement l'objet de fraudes. Le gouvernement commence alors à contacter une entreprise sud-coréenne, Miru Systems, pour la fabrication de ces machines...
Mais rapidement, certains experts en informatique tirent la sonnette d'alarme. Comme Javier Smaldone, spécialiste des systèmes de vote électronique :

« Tous les systèmes de vote électronique ont un problème en commun : quand l'électeur utilise une machine, rien ne lui garantit le secret de son vote. Il ne peut pas s'assurer que cet ordinateur ne permet à personne de l'observer. Car il est bien possible de pirater ces machines, simplement en utilisant un ordinateur et un poste de radio. L'électeur peut donc céder à des pressions », assure l'expert.

Face à ces critiques, les sénateurs argentins finissent par retirer les machines à voter de la réforme électorale. Quant aux quelques 100 000 appareils que le gouvernement comptait acheter à Miru Systems, les experts estiment qu'il s'agit des mêmes qui pourraient être utilisées en République démocratique du Congo.