• [javascript protected email address]
  • J’aime

Kenya: marche contre la corruption à Nairobi

Écrit par  1 juin 2018

Au Kenya, les scandales de corruption à répétition font réagir la population. Ce jeudi matin, plusieurs centaines de personnes ont marché dans le centre de Nairobi pour crier leur ras-le-bol face aux millions de dollars détournés. Plusieurs affaires ont défrayé la chronique ces dernières semaines, notamment celle du NYS, le National Youth Service, où près de 90 millions de dollars ont été détournés.

Des centaines de personnes habillées de rouge, sifflets ou vuvuzela à la bouche, ont marché dans Nairobi pour dire assez. Et si une cinquantaine de suspects ont été arrêtés dans l'affaire NYS, Mildred Ati Owiso, une citoyenne engagée, attend beaucoup plus : « Nous voulons que l'argent soit rendu, que les propriétés des coupables soient saisies, qu'ils soient emprisonnés et interdits de toute fonction publique. Certains sont passés devant les juges, c'est une bonne étape, mais il y a d'autres gros poissons dehors. Tous ceux qui sont impliqués, du balayeur au PDG, doivent tomber ».

« La bonne volonté politique manque »

Le président Kenyatta a multiplié les communiqués pour condamner la corruption. Alex Kanyi se dit anarchiste. Il demande au chef de l'Etat de joindre des actes à la parole : « Le président parle, mais il ne montre pas ses muscles. Il était allé devant la Cour pénale internationale en tant qu'individu. Il avait quitté le pouvoir pour ça. C'était très louable. Maintenant, il doit se dresser comme un homme, pas comme un président. Mais la bonne volonté politique manque ».

Ce jeudi encore, Uhuru Kenyatta a promis la prison pour les coupables et que l'argent détourné serait récupéré et réinvesti. Un sujet sensible, jusque dans les urnes pour Miriam Njeri, une manifestante : « Les Kényans peuvent changer cette situation. Le pouvoir est à nous. Nous avons élu ces gens. Et on peut s'assurer de voter en faveur de l'intégrité à la prochaine élection ».

Symboles du pouvoir

Pour montrer qu'ils ont leurs élus à l'œil, les manifestants sont passés devant le Parlement, la Cour suprême et Harambee House, la présidence, trois symboles du pouvoir.