• [javascript protected email address]
  • J’aime

Sénégal: un militaire tué dans un accrochage avec des rebelles en Casamance

Écrit par  5 mars 2018

Lors d'une opération de sécurisation menée par l'armée sénégalaise en Casamance, un militaire a été tué samedi 3 mars et deux rebelles faits prisonniers selon l'état-major de l'armée. L'accrochage a eu lieu dans le village d'Ahinga, au sud de la forêt de Boffa-Bayotte, où des hommes armés avaient tué 14 bûcherons le 6 janvier dernier.

« Au cours de la conquête d’une base dans la localité d’Ahinga, il y a eu un accrochage assez rude, explique le colonel Abdou Ndiaye, directeur de l'information des armées. Il y a eu deux rebelles qui ont été faits prisonniers. Nous les avons mis à la disposition de la gendarmerie. Et malheureusement, nous déplorons de notre côté un mort et un blessé. »

Les forces de sécurité ont trouvé sur les lieux des armes de guerre. « Des Ak-47. Il y avait aussi des munitions, précise le colonel Ndiaye. On a trouvé beaucoup d’effets individuels. Des tenues, ou autre. Ce qui nous conforme dans l’idée que c’était certainement une base ou, au moins, une zone de transit. »

L'armée annonce qu'elle poursuivra ses opérations de ratissage « avec détermination » tant que la paix ne sera pas revenue dans la zone.

Le 6 janvier, 14 hommes partis chercher du bois dans la forêt protégée de Bayotte, proche de Ziguinchor, principale ville de la région,avaient été tués par des hommes armés. Selon la justice, le massacre a été commandité et exécuté par des villageois avec le concours de membres de la rébellion.

Depuis, l'armée a multiplié les opérations de ratissage dans les forêts des alentours, où se pratique la coupe illicite de bois précieuxcomme le teck et où une rébellion armée lutte pour l'indépendance depuis 35 ans.